La messe, quossa donne?

Après deux mois bien sonnés de jeûne eucharistique, on pourrait se demander si le fait d’aller à la messe changeait vraiment quelque chose dans la vie des chrétiens. Il peut même nous sembler que bien des personnes soient visiblement plus serviables et généreuses depuis le confinement qu’au temps où les églises étaient ouvertes. D’autre part, il y a belle lurette que des bons vivants affirment croire sans pratiquer. D’autres pratiquent sûrement sans croire...


Si l’on résume la foi à la fréquentation des messes, on a sans doute raison de parler d’une désertion radicale du catholicisme au Québec, mais aussi en occident. La messe ne serait-elle alors qu’une couche de vernis sur la foi discrète des baptisés? Ou pire, serait-elle réservée à une élite plus zélée que le commun des croyants? Quelle est donc la réelle valeur ajo