top of page

Un Dieu qui entre mal dans nos têtes

Quand j’étais jeune, je me suis longtemps représenté Dieu le Père comme un vieillard avec sa longue barbe blanche, une sorte de père Noël sans lunettes. Pour Jésus? Une espèce de hippie barbu aux cheveux longs et pas très propres dans une longue robe blanchâtre. L’Esprit Saint? J’avoue avoir toujours eu beaucoup de mal à me le représenter, ayant écarté d’emblée qu’il puisse avoir la forme d’un oiseau. N’ayant jamais eu l’apparition d’aucun des trois, il fallait bien que je me fabrique une certaine image pour me les rendre bien réels. Le problème n’est pas là et il faut croire qu’à travers les siècles, je n’ai pas été le seul à ressentir ce besoin puisque les églises et les temples du monde entier sont remplis de représentations de ce trio céleste.


Le problème est que, pendant des années, j’ai confondu ces images avec la réalité et que j’ai enfermé, en quelque sorte, Dieu, le Christ et l’Esprit Saint dans une petite case de mon imagination. Heureusement, l’Église m’a aidé à réaliser que Dieu n’entre pas dans ma tête, si enflée soit-elle… Dieu est le tout autre, l’insaisissable et la meilleure façon de le connaître est de l’espérer et de le laisser se manifester. Ce qui ne veut pas dire qu’on ignore tout à son sujet. Bien au contraire car, si inimaginable soit-il pour notre intelligence bien limitée, il a voulu se révéler en prenant chair parmi nous et en agissant par l’Esprit Saint dans son Église.


Moïse le premier, nous le révèle comme un être d’une puissance infinie, mais plein de miséricorde. Un être qui n’est pas indifférent à nos vulnérabilités et qui nous veut profondément heureux et libres. C’est le témoignage de milliers d’hommes et de femmes à travers les siècles qui ont vu son œuvre comme on reconnaît le vent sans le voir quand les feuilles des arbres bougent. Mais parfois, il nous arrive de croire que les feuilles des arbres bougent par elles-mêmes… Jn 3, 16-18


1 Comment


J’ai vraiment hâte que l’Esprit-Saint souffle sur l’Eglise le désir de considérer la moitié féminine du monde comme étant EGALE À L’HOMME . Ainsi ces femmes pourront donner un nouveau souffle à l’Eglise ,si ses Hommes de pouvoir n’en ont pas trop PEUR .

Like
bottom of page