Tout le monde est malheureux... sauf peut-être

Notre poète national, Gilles Vigneault chantait "Tout le monde est malheureux". La musique entraînante de cette ritournelle nous en faisait même oublier parfois la profondeur des mots. L'Évangile de ces jours-ci nous propose une autre lecture de cette réalité. "Heureux les pauvres, ceux qui pleurent, les doux, ceux qui sont assoiffés de justice..." Des propos qui étonnent car tout cela est perçu comme autant de symptômes du malheur. Il doit nous manquer une clé quelque part pour bien saisir ce message ou alors c'est du pur délire spirituel.