top of page

Se laisser dépasser par le Christ

Il semble que les organisations les plus florissantes soient celles dont les dirigeants s’entourent d’employés plus compétents qu’eux. Cette approche favoriserait, dit-on, un engagement plus important de leur part et une collaboration plus soutenue des employés entre eux pour des tâches complexes. Chez de tels dirigeants, on apprécie la gratitude qu’ils savent si bien communiquer. Ils ne s’approprient jamais eux-mêmes le succès de l’organisation, mais savent au contraire pointer les vrais artisans de leur réussite. Cette attitude est souvent la marque des vrais leaders qui connaissent leurs propres limites et savent reconnaître ce qui y pourvoit chez les autres. C’est si facile de s’attribuer les mérites d’un exploit collectif et tout aussi facile de rejeter le tort sur les autres lorsqu’on n’arrive pas aux buts que l’on visait.


L’évangile de ce dimanche nous présente Jean le Baptiste qui était certainement un leader de son temps. De nombreux disciples le suivaient et leur vie a certainement été transformée. Quand Jésus surgit au Jourdain pour se faire baptiser par Jean, le prophète sait reconnaître plus grand que lui et il affirme que le but de toute sa prédication n’est rien d’autre que de préparer les cœurs à accueillir Celui qui peut en extirper le mal à jamais. C’est une mission à laquelle Jean participe, mais une mission qui le dépasse.


Au baptême, nous avons tous et toutes reçu cette même mission : préparer les cœurs à accueillir l’amour infini de Dieu pour toute l’humanité. Et la meilleure posture pour y parvenir est sans doute de nous reconnaître bien petits devant la grandeur de cette mission, de réaliser que seul c’est une mission impossible à accomplir. Jean nous trace la voie : il laisse simplement le Christ passer devant lui et il lui rend témoignage.

Jn 1, 29-34