top of page

Rendre à Dieu ce qui est à Dieu

La gratitude est une disposition du cœur merveilleuse. On la confond parfois avec la reconnaissance, mais elle est plus profonde et surtout plus féconde. C’est déjà bien de reconnaître les qualités des gens qui nous entourent et d’apprécier le bien qu’ils nous prodiguent. Mais c’est encore mieux de savoir que ce que nous sommes est le fruit d’innombrables soins et attentions que nous avons reçus et d’en témoigner humblement et sincèrement. Certaines personnes s’attribuent tout à elles-mêmes et sont convaincues que le succès qu’elles obtiennent n’est dû qu’à leur seul talent ou à leurs efforts personnels.


Ceux et celles qui ont eu le bonheur de faire du chant choral, de jouer dans un ensemble musical ou de pratiquer un sport d’équipe comprennent rapidement que les plus beaux succès sont ceux que l’on partage. Dieu nous a créés incomplets, interdépendants, complémentaires et tellement meilleurs ensembles que seuls chacun de notre côté. Nous naissons dans cette dépendance évidente et la plupart d’entre nous nous éteindrons aussi après avoir bénéficié des soins généreux de bien des personnes.


En survolant l’évangile de ce dimanche, on pourrait penser que Jésus veut simplement dissocier les affaires du monde de celles du Royaume. Mais en y regardant de plus près, on peut déceler qu’il nous invite surtout à la gratitude envers Dieu qui est à l’origine des plus grands biens dont nous sommes pourvus : la vie, l’amitié, la foi et l’assurance d’un bonheur éternel pour n'en nommer que quelques-uns. Rendre à Dieu ce qui est à Dieu, c’est peut-être simplement regarder la nature qui nous entoure, les conditions de paix dans lesquelles nous vivons et la foi que nous avons reçue comme un don absolument gratuit de la part de Celui qui nous aime comme ses fils et ses filles et lui dire merci!

Mt 22, 15-21


Komentarze


bottom of page