Le Carême, un temps pour revenir à l'essentiel

Ça fait déjà une dizaine de jours que le Carême est commencé. D'autres diront que ça fait plutôt une bonne année... C'est qu'on associe au Carême un temps d'austérité, de privation, de pénitence et, cette année, on a l'impression d'avoir déjà pas mal donné, n'est-ce pas? Mais il y a quelques nuances à apprivoiser pour les Chrétiens sur le véritable sens de cette période qui nous mène à Pâques, la fête des fêtes. Qu'est-ce qui peut le mieux nous conduire à fêter qu'une victoire? Les défaites du Canadien de Montréal qui se succèdent découragent les partisans, mais deux ou trois bonnes victoires consécutives et... la vie reprend, la joie revient, "le party" n'est pas loin. "Ça sent la coupe.", comme on dit.


Et justement, dans le Carême chrétien, ça sent déjà la coupe aussi. Celle que l'on ne veut pas boire, la plupart du temps. Celle que le Christ a bue pour nous. Celle qui est le signe flagrant de la plus grande de toutes les victoires: la victoire sur la mort et sur le péché.


Au fond, si nous regardions un peu le Carême sous cet angle, il serait sans doute moins terne et il aurait déjà un avant-goût pascal. Pour soulever la coupe, il y a quelques sacrifices à faire évidemment. Il y a un entraînement plus intensif. On surveille un peu plus étroitement son alimentation. Mais tous ceux qui ont savouré la victoire vous le diront, tous ces efforts en valaient la peine et si c'était à refaire, ils n'hésiteraient pas une seconde à emprunter le même chemin.


Pour vous en convaincre, jetez un coup d'oeil aux capsules du Carême, que nos pasteurs ont concoctées, dans la section VIDÉOS de notre site web. Chaque semaine, on y présente un commentaire de la Parole de Dieu qui nous conduit à cette grande victoire. Bon Carême!